Histoire

Historique

La Société d’Histoire de Lacolle-Beaujeu travaille à mettre en valeur le riche passé de notre région. Ainsi, elle assure la conservation, la préservation et le classement des archives du patrimoine de Lacolle et des environs. La municipalité de Lacolle a mis à la disposition de la Société d’histoire les spacieux locaux dans l’ancien Hôtel-de-ville de Notre-Dame-du-Mont-Carmel, celle-ci faisant maintenant partie intégrante de Lacolle depuis 2001.

Des documents considérés patrimoniaux, des photos et plusieurs répertoires de mariages y sont conservés. Les généalogies de plusieurs familles pionnières y sont également disponibles. Les locaux de la Société d’histoire sont ouverts au public les jeudis après-midi et les citoyens sont invités à venir consulter les bénévoles et aussi à visiter le Musée Beaujeu qui présente certains artéfacts retrouvés en bordure de la rivière Richelieu et aux abords du Blockhaus.

Par ailleurs, le Musée lance un appel à toutes les personnes qui possèdent des documents ou des objets anciens ainsi que de vieilles photos portant sur la généalogie, sur l’histoire de nos familles ou sur notre milieu autrefois. Que de trésors sont entassés dans les greniers de nos grands-parents! Ces objets… s’ils sont conservés, raconteront à nos enfants et nos petits-enfants la vie et les noms des valeureux ancêtres qui les ont précédés.

 

Inauguration de la Salle Jean Lebrun

Le 21 septembre 2002, M. Yves Duteau , maire de Lacolle inaugurait la salle Jean-Lebrun de la Société d’Histoire de Lacolle-Beaujeu. Cette salle fut nommée en l’honneur de M. Jean Lebrun, ancien citoyen de Lacolle, qui a fait don de toute sa collection d’archives et de photos sur l’histoire de Lacolle (quand il quitta sa maison).

Vous trouverez dans cette page, des photos tirées de ces précieuses archives qui vous rappelleront l’histoire de notre municipalité.

Contacts:
Donald Robinson au numéro: 246-3549
Mme Jocelyne Landry Guay au numéro: 246-3439

 

La bataille d’Odelltown

Après l’échec de la révolution de 1837, qui s’était développée au grand jour, certains chefs patriotes réfugiés aux États-Unis préparaient en secret une insurrection. L’association qui naquit alors (les Frères Chasseurs) était une armée secrète. Leur objectif était de délivrer les Canadiens du joug anglais. Le soulèvement devait avoir lieu dans la nuit du samedi 3 novembre 1838. L’organisation était nulle; elle n’existait que dans l’imagination et la bouche des meneurs: les Frères Chasseurs n’honorant pas leurs promesses.

Sans armes, sans munitions et, sans argent, les Patriotes furent défaits le vendredi suivant devant l’église d’Odelltown. Plusieurs Patriotes furent déportés en Australie, une colonie pénale anglaise à l’époque. Un monument situé devant l’église rappelle ce fait historique.

 

La frontière et les douanes

De par sa situation géographique près des frontières américaines, la Municipalité de Lacolle compte de nombreux postes de douanes. Comme vous pourrez le constater sur la photo ci-contre, les embouteillages à la frontière ne datent pas d’aujourd’hui. Au siècle dernier, les plages de Plattsburgh étaient fort prisées les fins de semaine et il n’était pas rare que des embouteillages fort importants surviennent.

À l’inverse, à cause de la prohibition en vigueur au États-Unis, l’entrée aux États-Unis était ralentie par les fouilles des véhicules soupçonnés de ramener de l’alcool de contrebande aux États-Unis.

 

Les premières industries locales

Parmi les premières industries locales, Lacolle comptait une briquerie. La photo à gauche montre la production récente en train de sécher au soleil. De plus, Lacolle compta à un certain moment plus de 6 moulins à scie. Les billots étaient acheminés sur la rivière Lacolle qui comptait quelques barrages permettant d’augmenter la capacité de la rivière.

Ci-contre, une photo de bûcherons au travail au moulin ainsi qu’un médaillon montrant le moulin de Lacolle avec son barrage. L’autre photo montre un groupe de manoeuvres travaillant à la construction de la route 223.

 

L’église catholique de Lacolle

La première construction de la chapelle Notre-Dame-du-Mont-Carmel fut réalisée à partir d’un bâtiment de 32′ X 50′ sur la rue Saint-Pierre du côté nord qui avait servi de fromagerie, manufacture, etc. En 1894, furent ajoutés un sanctuaire, une sacristie ainsi qu’un clocher. En 1903, un nouveau terrain fut acheté et la chapelle fut trainée sur le site actuel et sciée en deux à l’égoïne dans le sens de la longueur et placée sur des fondations de 18 pieds plus large que l’ancienne. Le toit et une voûte en plein cintre ont recouvert cet élargissement.

Toutefois, le clocher devenu trop court dut être relevé de 8 pieds avec forces manoeuvres et un cabanon fut construit en dessous. En 1928, des plans pour une nouvelle église furent élaborés et la vieille église fut reculée de 200 pieds à l’aide de chevaux. Toutefois, le 5 octobre, le feu détruisit cette église. La nouvelle église fut inaugurée le 16 décembre 1929.

 

Les rues de Lacolle

Le 11 décembre 1920, la Municipalité du Village de Lacolle était créée. Nous vous présentons quelques photos des rues de Lacolle au début du siècle dernier. Vous reconnaîtrez sur la photo montrant le coin Van Vliet et de l’Église, quelques édifices encore existants (le magasin Landry, la quincaillerie Rona, ainsi que l’édifice de l’ancienne épicerie Richelieu.

Remarquez les trottoirs en bois sur l’autre photo. Par contre le Lacolle Inn, hôtel bien connu a l’époque même à Montréal, et qui présentait des groupes américains n’existe plus. Aussi, la photo de l’ancien pont sur la rivière Lacolle près de l’ancien bar Le Pacha.

 

La gare et les chemins de fer

La gare de Lacolle fut inaugurée le 17 novembre 1930. Des pierres d’une luminosité éclatante furent trouvées sur une terre d’Henrysburg. Le cultivateur était heureux de se débarrasser de ses chaines de roches inutiles et le constructeur de trouver un matériau d’une telle qualité à une si faible distance. Le toit est en cuivre et la salle d’attente des voyageurs est ornée de poutres apparentes et d’un banc imposant. Le terrain était paysagé et tout fut mis en oeuvre pour que le premier coup d’oeil de l’étranger entrant dans la Province soit agréablement surpris.

Le premier inspecteur de l’immigration fut nommé à Lacolle en 1906, car tout laissait déjà prévoir que Lacolle deviendrait la grande porte d’entrée du Canada. Malheureusement, cette gare est fermée depuis de nombreuses années et le temps a commencé à faire ses ravages sur le bâtiment. Nous vous avons également présenté une photo prise lors de la construction du pont de chemin de fer à Cantic traversant la rivière Richelieu.